Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

IMP is pleased to announce the launch of our newly redesigned websites!

Featuring a brand new look, with more information and a fully responsive layout for all platforms – we hope you’ll find it easier to navigate and find what you’re looking for quickly and efficiently.
If you have any questions or feedback, please let us know by e-mailing us. If you’d like to stay connected on social media, follow us on LinkedIn, Facebook and Twitter.

Get connected… Stay informed…

Les rails suisses sont en mauvais état

Les CFF sont rattrapés par le passé: comme les Chemins de fer fédéraux ont longtemps négligé l’entretien de l’infrastructure, les retards et les annulations de trains se multiplient. Les victimes de cette situation sont les passagers.

Les rails suisses sont en mauvais état

Une bonne partie des chemins de fer suisses ne sont plus en bon état. Reprenant le rapport sur l’état actuel du réseau des CFF, «Blick» indique que 25% des chemins de fer sont en «mauvais» état et que 13% sont même dans un état «insuffisant».

Sept pour cent des aiguillages sont également dans un état «insuffisant». Les effets se font de plus en plus ressentir pour les passagers: les retards se multiplient, des trains sont complètement annulés et des tronçons sont fermés.

La cause réside dans les manquements du passé. Pendant des années, les CFF ont négligé l’entretien de l’infrastructure, comme le reconnaît Stefan Sommer, responsable de la division Voie ferrée des CFF, interrogé par «Blick». «Entre 1995 et 2010 environ, l’entretien a été négligé.» Durant cette période, les CFF se sont concentrés sur l’extension du réseau, oubliant manifestement les voies ferrées existantes.

Des travaux de remise en état au détriment de la ponctualité

Devenu responsable de la division Infrastructure en 2009, Philippe Gauderon aurait toutefois reconnu le problème et l’aurait immédiatement abordé. Mais les quinze années de manquements n’ont pas été rattrapées jusqu’à présent: Stefan Sommer évoque «un certain retard», ce qui ressemble à un doux euphémisme lorsque 38% des voies nécessitent des réparations.

L’an dernier, 26 tronçons de ralentissement ont freiné les trains, l’état de la voie ne permettant pas une conduite à la vitesse maximale. La vitesse a également été réduite au niveau des chantiers, qui se sont chiffrés à 1929 en 2018. Le nombre élevé de chantiers montre que les CFF travaillent d’arrache-pied pour remettre les voies en état. Cela se fait cependant au détriment de la ponctualité et de la fiabilité.

Les retards affectent de plus en plus de passagers

Il faudra encore quelques années avant que les CFF «[ne réduisent] la proportion de voies ferrées classées comme étant en mauvais état ou dans un état insuffisant», explique Markus Vitali, responsable adjoint de la division Installations et technologie des CFF, dans des propos relayés par «Blick».

Toujours est-il qu’au cours des deux dernières années, les CFF ont réussi à réduire considérablement le nombre de perturbations, affirme-t-il. Selon lui, les retards de plus en plus nombreux avec lesquels les passagers doivent toutefois composer sont dus au fait que les trains sont plus nombreux et transportent toujours plus de personnes. Par conséquent, les perturbations affectent davantage de passagers, soutient-il.

Bon gré mal gré, les passagers doivent vivre avec. En effet, ne pas réparer les anciennes installations n’est pas non plus une solution. Selon le rapport, en 2018, 14% des retards étaient dus à des ruptures de rails, des dysfonctionnements de caténaires ou des voies délabrées.

bluewin.ch

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

International