Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

IMP is pleased to announce the launch of our newly redesigned websites!

Featuring a brand new look, with more information and a fully responsive layout for all platforms – we hope you’ll find it easier to navigate and find what you’re looking for quickly and efficiently.
If you have any questions or feedback, please let us know by e-mailing us. If you’d like to stay connected on social media, follow us on LinkedIn, Facebook and Twitter.

Get connected… Stay informed…

Canicule : pourquoi la chaleur ralentit les trains ?

Pour éviter tout incident sur le rail ou les caténaires, la SNCF choisit de diminuer la vitesse de ses trains lors des fortes chaleurs.

Canicule : pourquoi la chaleur ralentit les trains ?

Les trains aussi souffrent des grosses chaleurs. Alors que les Français vivent un nouvel épisode de canicule en cette fin du mois de juillet, ils pourraient également connaître des problèmes de transport. La SNCF a préféré prendre les devants et a déclenché son plan « fortes chaleurs », rapporte France Bleu. Mais il y a certaines choses qu’elle ne peut pas maîtriser concernant ses infrastructures. « Pendant l’été, les agents en charge de la maintenance des voies et des caténaires sont mobilisés pour surveiller les installations », explique la SNCF sur son site, précisant que ces tournées « sont réalisées à pied (…) essentiellement au moment de la journée où les températures sont les plus élevées ».

Réduire la vitesse du train par précaution

Comme le précise une vidéo de la SNCF, lorsque la température extérieure atteint les 37 °C, celle du rail peut dépasser les 55 °C, entraînant une « dilatation » de ce dernier. Il se déforme et, pour éviter les accidents, les conducteurs n’ont d’autre choix que de limiter la vitesse du train. En plus du rail, la caténaire – câble électrique permettant l’alimentation du train – doit également être étroitement surveillée par la SNCF. Sur les lignes anciennes, la caténaire peut se détendre sous l’effet des fortes chaleurs, touchant le toit du train ou créant un arc électrique avec ce dernier. Pour éviter un tel problème, la SNCF décide donc de réduire la vitesse de ses trains.

Par précaution, la SNCF a décidé de diminuer la vitesse de ses trains sur plusieurs lignes de l’Hexagone. Entre Orléans et Paris, la vitesse a par exemple été abaissée à 160 km/h au lieu des 200 km/h habituels, précise La République du Centre. D’autres trains sont tout bonnement supprimés ou remplacés par des cars de substitution. Malgré ces précautions, les voyageurs pourraient avoir à prendre leur mal en patience, comme ceux du TGV Hendaye-Paris du dimanche 21 juillet. Partis dans l’après-midi, les usagers sont arrivés dans la capitale… le lendemain, avec 6 h 15 de retard.

lepoint.fr

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

International