Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

lerail.com
MEDIAWORLD

Renfe, Trenitalia, Railcoop : les futurs projets ferroviaires qui passeront par Lyon

La crise du coronavirus n’a pas découragé l’ouverture à la concurrence dans le ferroviaire. Les Espagnols de Renfe arriveront sur la ligne Lyon-Marseille fin 2021 tandis que Trenitalia mène des essais pour le futur Milan-Lyon-Paris.

Renfe, Trenitalia, Railcoop : les futurs projets ferroviaires qui passeront par Lyon

Malgré quelques retards et des inquiétudes pour la santé des entreprises, l’ouverture à la concurrence dans le ferroviaire est toujours à l’ordre du jour.

Sur le marché de l’« open access » - des liaisons sans subvention - qui s’ouvre sur les grandes lignes, la compagnie espagnole Renfe a fait savoir qu’elle entendait assurer cinq allers-retours à grande vitesse entre Lyon et Marseille à partir du 13 décembre 2021. Des trains qui desserviraient Avignon, Aix-en-Provence et Marseille Saint-Charles.


Des essais pour le Paris-Lyon-Milan


La compagnie italienne Trenitalia (via sa filiale française Thello) avait annoncé vouloir lancer des trains à grande vitesse sur Paris-Lyon-Milan en juin. Projet retardé.

Depuis quelques semaines, un Zefiro V300 rouge fabriqué par Bombardier et AnsaldoBreda et appartenant à la compagnie italienne stationne à Lyon et effectue des essais sur les lignes du secteur. « Nous avons relancé les essais que nous avions commencés à la fin de l’année dernière. Le projet a notamment été retardé par la grève des chemins de fer français (en décembre et janvier, NDLR) et par la pandémie de coronavirus », explique un porte-parole de la compagnie italienne à l’AFP. « Nous ne pouvons pas dire quand la ligne Milan-Lyon-Paris pourra démarrer. Ça dépendra des essais », ajoute-t-il.

Du côté des trains classiques, la compagnie allemande FlixMobility --surtout connue pour les autocars FlixBus-- a annoncé en plein confinement le report sine die de ses projets français. Elle a mis en avant le coût de l’accès aux infrastructures, jugé trop élevé, pour expliquer sa décision, et non le coronavirus. Le groupe était notamment intéressé par la liaison Paris-Lyon.

Lyon-Bordeaux et Lyon-Thionville

La surprise est venue de Railcoop, une petite coopérative basée dans le Lot qui n’a encore ni licence ferroviaire, ni train, ni argent. Elle a notifié à l’Autorité de régulation des transports (ART) son intention de faire rouler à partir du 26 juin 2022 des trains sur la transversale Bordeaux-Limoges-Lyon - délaissée par la SNCF -, mais aussi entre Rennes et Toulouse et entre Thionville et Lyon.

www.leprogres.fr

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)