Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

lerail.com
MEDIAWORLD

La relance éco : à Crespin, l'entreprise Bombardier reprend progressivement la production de trains

C'est une usine qui emploie en temps normal 2.000 personnes et qui est restée à l'arrêt pendant 8 semaines: à Crespin, les salariés de Bombardier reprennent progressivement le chemin du travail.

La relance éco : à Crespin, l'entreprise Bombardier reprend progressivement la production de trains
Ils étaient environ une soixantaine, ce lundi, à prendre leur poste à 8 heures pour redémarrer la production. Comme bon nombre de sites industriels, Bombardier relance progressivement son activité à Crespin, dans le Valenciennois.

Avant cela, toute la semaine derrière a été consacrée à nettoyer et désinfecter complètement les ateliers. Car cette usine, qui est la seule de Bombardier en France, totalise tout de même 40.000 mètres-carrés. Des autocollants ont été placés par terre pour indiquer les distances à respecter et des sens interdits installés pour éviter les croisements. Les kits de sécurité ont été préparés, masques, gants, gel hydroalcoolique et petite bouteille d’eau, pour être distribués à l’entrée de l’usine à la prise de poste.

470 opérateurs d'ici au pont de l'Ascension

En réalité, Bombardier s’est calé sur ce qui s’est fait dans son usine de Bruges en Belgique, qui a repris, elle, il y a deux semaines et demi. Le constructeur canadien rajoutera donc progressivement le même nombre de personnes par jour, voire tous les deux jours. Et d’ici dix jours, à la veille du pont de l’Ascension, 470 opérateurs, devraient avoir repris le travail, la moitié de l’effectif de production. Si tout s’est bien passé, le constructeur poursuivra alors sur sa lancée.

Mais tous les ateliers n'ont pas repris ; Bombardier a choisi de faire redémarrer ceux où on en était arrivé à la finition des rames. C'est le cas du programme du M7, pour les chemins de fer belges, et celui du Regio 2N, pour les régions de France. Le cas aussi de la chaudronnerie : tout ce qui est moulage et soudure des structures. Les ouvriers y ont retrouvé leurs ateliers comme ils l’avaient laissé le 16 mars au soir et ont donc repris là où ils en étaient. Chacun travaillant à son poste, à distance les uns des autres. Reste à voir quelles procédures mettre en place quand il s’agira de bouger de grosses pièces, car cela fait intervenir plusieurs personnes.

Assurer l'approvisionnement en pièces

Le Francilien et le RER Nouvelle Génération, les deux autres programmes de Bombardier, reprendront un peu plus tard, quand les équipes s’étofferont progressivement. Toute la difficulté pour un site industriel ferroviaire comme celui de Crespin, c’est qu’il n’y ait pas de rupture dans l’alimentation des pièces. Le service achats de Bombardier est resté sur le pont durant ces 8 dernières semaines pour trouver les fournisseurs nécessaires quand ses habituels étaient fermés en raison de la crise, afin que l’approvisionnement soit bien assuré.

www.francebleu.fr

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)