Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

lerail.com
MEDIAWORLD

Les opérateurs de transport craignent de ne pouvoir faire appliquer la distanciation sociale

RATP et SNCF ne voient pas comment ils pourraient à la fois répondre à la demande de transport et faire respecter les règles émises par le conseil scientifique pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Les opérateurs de transport craignent de ne pouvoir faire appliquer la distanciation sociale
Pour réussir le déconfinement, l’organisation du transport public a été signalée comme cruciale par le conseil scientifique Covid-19, dans son avis du 20 avril, rendu public samedi 25 avril. Ses 14 membres proposent de rendre obligatoire le port du masque dans les espaces fermés, mais surtout de conditionner l’autorisation de déplacement au respect des règles de distanciation sociale – « un mètre de part et d’autre, que les usagers portent ou non un masque de protection » –, faute de quoi les conditions de propagation du virus dans l’espace clos que sont un train, un métro ou un bus pourraient « conduire à la reprise incontrôlable de l’épidémie », souligne le conseil.

Vue depuis la fenêtre des opérateurs de transport public (SNCF, RATP, Transdev, Keolis), l’injonction a tout d’un casse-tête. Ces entreprises avaient écrit, le 17 avril, au premier ministre, Edouard Philippe, pour demander l’obligation du port du masque, un outil, selon elles, nécessaire pour… assouplir les règles de distanciation.

Et les opérateurs de souligner que la mise en place d’une distanciation stricte réduirait de 60 % à 80 % la capacité des transports du quotidien, conduisant à une « réponse insuffisante à la demande », un « engorgement dans les gares, les stations et les arrêts », et qu’ils n’auraient pas les moyens humains de la faire respecter.


Equation infernale


En théorie, pour faciliter la résolution de l’équation infernale, il faudrait que 100 % des transports fonctionnent et que des mesures visant à étaler les heures de pointe (emplois du temps différenciés dans les entreprises et les écoles) s’appliquent. Sauf que 100 % de l’offre ne sera pas atteinte. Le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, évoquait, vendredi 24 avril, un objectif de 70 % du trafic sur l’ensemble du réseau francilien (contre 30 % aujourd’hui) et la possibilité de restaurer la moitié du trafic des TGV (6 % aujourd’hui).

La PDG de la RATP, Catherine Guillouard (qui a actuellement un tiers de son effectif en arrêt pour maladie ou garde d’enfant), a résumé, vendredi 24 avril, sur France Inter, la problématique en région parisienne : « 70 % de notre offre, cela fait 8 millions de voyages par jour. Si on devait appliquer la distanciation sociale, on ne produirait plus que 2 millions de voyages par jour. »


« Les cheminots n’organiseront pas le massacre »


Au-delà des transports du quotidien, la distanciation pose aussi un problème aux trains commerciaux comme les TGV. Avec des taux de remplissage de 50 % (soit une place occupée sur deux), ces trains rouleraient au-dessous du ratio de rentabilité que les experts estiment autour de 70 % de sièges commercialisés. Résultat : chaque voyage ferait perdre de l’argent à la SNCF.

Enfin, pour corser l’affaire, la CGT – premier syndicat de la SNCF – a laissé entendre que les agents du groupe pourraient refuser le travail faute de mesures sanitaires suffisantes pour les protéger lors du déconfinement. « Si, dans les transports en commun, on n’a pas de solution un peu sérieuse, les cheminots n’organiseront pas le massacre, parce qu’ils ne veulent pas contaminer les gens, ils ne veulent pas être contaminés ni contaminer leurs familles », a déclaré, vendredi 24 avril, Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

www.lemonde.fr

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)