Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

lerail.com
MEDIAWORLD

Technologie ferroviaire : cinq startups innovantes à surveiller en 2020

Basé sur son propre choix, le webzine Railway Technology nous propose ici cinq startups innovantes à surveiller en 2020.

Technologie ferroviaire : cinq startups innovantes à surveiller en 2020
Le secteur ferroviaire adopte de plus en plus des technologies modernes telles que l’Intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique, et de plus en plus de start-up se multiplient pour résoudre les problèmes auxquels sont confrontées les entreprises ferroviaires. Voici cinq start-ups innovantes à surveiller en 2020.

Diverses initiatives sont mises en œuvre pour encourager les start-ups dans le secteur ferroviaire. HackTrain est par exemple un hackathon et une conférence annuels au Royaume-Uni, avec le soutien du Great Western Railway, de Stagecoach et d’Arriva, où les entreprises discutent des principaux problèmes à résoudre sur leurs réseaux, notamment les trains bondés, la sécurité et le matériel roulant défectueux. Ce ne sont pas toujours les opérateurs ni même les constructeurs qui trouvent eux-mêmes les solutions. Depuis plusieurs années, la SNCF renforce aussi de son côté sa collaboration étroite avec les startups pour accélérer sa transformation numérique et innover pour faciliter toutes les mobilités.

En Allemagne, DB mindbox est un espace de coworking de la Deutsche Bahn à Berlin. Les startups et les employés de DB travaillent ensemble sur des innovations pour le cœur de métier du ferroviaire, notamment basées sur les technologies numériques. Dans les arches du S-Bahn sous la gare de Jannowitzbrücke, DB offre aux fondateurs, aux pirates et aux développeurs un espace de 720 mètres carrés où ils peuvent développer leurs produits spécifiquement pour répondre aux besoins des clients du rail et les tester pour la commercialisation.

Comme dans d’autres secteurs, des start-ups sont attirées par les progrès permanents réalisés sur une multitude de fronts technologiques, notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle, des datas et de l’internet des objets. Voici cinq startups technologiques à surveiller en 2020 qui visent à résoudre les problèmes complexes de l’industrie ferroviaire.

Neuron Soundware
Neuron soundware a été fondé en 2016 par Pavel Konečný à Prague. Cette startup technologique développe un système intelligent qui détecte les problèmes mécaniques des machines. En enregistrant des données audio via des capteurs et en faisant une évaluation automatique ultérieure par des algorithmes d’intelligence artificielle, le système peut aider à prévenir les pannes inattendues des actifs de production critiques, comme des aiguillages ou du matériel roulant. La société tchèque propose ainsi une maintenance prédictive, une détection des problèmes mécaniques en temps réel et un diagnostic à distance des équipements.

Neuron Soundware propose le déploiement d’algorithmes d’IA pré-formés pour surveiller de grandes quantités de machines comme les moteurs, les compresseurs, les pompes, les turbines, les robots, etc. Cette stratégie est soutenue en fournissant une solution de surveillance facile à mettre en œuvre qui peut être opérationnel en quelques semaines et financé par frais mensuels facturés par machine, c’est-à-dire une solution en tant que service. La société travaille déjà à la mise en œuvre de sa technologie avec des clients comme Airbus, Siemens, ŠKODA AUTO, BMW, Daimler, innogy ou LG.


Customer Clever

Cette startup britannique de biométrie prévoit d’utiliser la reconnaissance faciale pour réduire la surpopulation devant les portiques à ticket, un des grands maux du Royaume-Uni. Fondé en 2014, Customer Clever a créé un algorithme logiciel basé sur le cloud qui peut déterminer le sexe, l’origine ethnique, l’âge et l’heure de visite d’une personne. Ayant été principalement utilisée pour des missions de sécurité indoor, la patrouille frontalière ou le contre-terrorisme, la start-up du Staffordshire a développé sa technologie pour aider les détaillants, les lieux de loisirs et les centres commerciaux à mieux comprendre les clients et leurs habitudes. Cela intéresse forcément le secteur ferroviaire et ses nombreuses grandes et petites gares.

Développée par le Bristol Robotics Laboratory, la technologie utilise deux lumières infrarouge clignotant à grande vitesse pour aider une caméra à capturer la forme, la texture et l’orientation des personnes. La technologie permettrait aux voyageurs de simplement passer devant les caméras pour accéder aux quais après avoir été scannés et enregistrés. Le personnel serait alerté en cas de franchissement de la ligne sans paiement.

Après avoir obtenu un financement du Railway Safety and Standards Board, Customer Clever travaille maintenant avec Cubic Transportation Systems, une société qui a créé le billet sans contact Oyster Card de Londres. En outre, la start-up vise à intégrer à l’avenir le paiement des billets par le biais de l’empreinte digitale ou du scan oculaire.


RailHero

Cette autre startup britannique a mis au point une application de compensation ferroviaire automatisée pour aider les passagers à obtenir le remboursement qui leur est dû en cas de retard et d’annulation de train. Selon les recherches de Rail Hero en Grande-Bretagne, et les navetteurs ont laissé tomber près de 60% des indemnités de retard qui leur étaient dû, soit 120 millions de £ par an ! Motif : trop de complexité, utilisation exclusive des formulaires, complications… Avec l’aide de l’application, ils n’ont besoin que de prendre une photo du billet et l’algorithme RailHero valide et envoie illico la demande de compensation à la compagnie ferroviaire.

La société de logiciels utilise une API de validation de remboursement différée automatisée pour fournir des informations de retard en temps réel avec précision. Les utilisateurs peuvent obtenir une compensation via leur méthode de paiement préférée ainsi que des mises à jour en temps réel sur la réclamation.

RailPod
L’objectif de la start-up basée à Boston est de rendre l’infrastructure ferroviaire mondiale plus sûre, plus rentable et plus efficace grâce à l’utilisation de robots d’inspection automatisés. Les drones de RailPod effectuent des inspections quotidiennes de la voie à l’aide d’une technologie de capteur avancée et d’un service de traitement des données basé sur le cloud, fournissant aux opérateurs des informations en temps réel sur les conditions de la voie. Son outil d’inspection peut être utilisé avec une télécommande sans fil ou configuré pour des applications autonomes. Le véhicule RailPod couplé à son logiciel Web donne un accès immédiat aux rapports d’inspection, y compris les données sur la géométrie de la voie, l’usure du rail, la caténaire aérienne, la cartographie des actifs et la détection de rupture de rail.

« RailPod offre une plate-forme flexible qui peut effectuer différents types d’inspection des chemins de fer, avec ou sans interférence humaine », explique Brendan English, PDG de RailPod. La startup a réellement décollé en 2013 après avoir remporté le Diamond Award et une subvention de 100.000 $ de MassChallenge. L’année suivante, la startup levait cette fois 2,5 millions de dollars supplémentaires auprès des investisseurs. Aujourd’hui, RailPod compte 10 employés et sa plateforme est actuellement testée par plusieurs chemins de fer aux États-Unis et au Canada.


Hyper Poland

Terminons par le plus disruptif : nous sortons ici du chemin de fer traditionnel. Fondée en 2016, initialement comme groupe de réflexion à l’Université de technologie de Varsovie, la startup polonaise Hyper Poland développe une technologie qui permet une mise en œuvre rapide et échelonnée d’une technologie de transport inspirée des hyperloop (en utilisant les couloirs ferroviaires et les réglementations existantes). La technologie d’Hyper Poland, déjà en phase 1, permettrait selon ses promoteurs de transporter des marchandises et des personnes à une vitesse deux fois plus élevée qu’un chemin de fer conventionnel, soit à une vitesse de 415 km/h à un coût très compétitif.

Lors de la recherche d’une plateforme de financement participatif, Hyper Poland a levé 300.000 € auprès de plus de 400 investisseurs, soit 150% de son objectif initial. La startup a déjà construit un prototype et une piste d’essai à l’échelle 1/5, dont la démonstration a eu lieu en octobre 2019 à Varsovie. Hyper Poland a participé à la table ronde “Rail meets Hyperloop” qui a eu lieu lors de la deuxième édition d’Hypermotion, à Francfort en novembre dernier.

D’aucun pourrons énumérer des dizaines d’autres startups qui occupent le champ de la recherche ferroviaire. Nous aurons l’occasion d’en reparler. Le volume du marché mondial de la technologie ferroviaire devrait croître à un taux de croissance annuel composé de 2,6% pour atteindre une valeur annuelle moyenne de 185 milliards d’euros selon Statista, entre 2019 et 2021. Les startups et leurs technologies contribuent considérablement à ce processus car elles sont les précurseurs de innovation.

Source : Mediarail

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)