Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

lerail.com
MEDIAWORLD

La République tchèque veut sa grande vitesse

Pas de grande vitesse sans ligne… à grande vitesse ! Une évidence que SZDC, le gestionnaire d’infrastructure tchèque, a mis en avant dès 2017 pour justifier le lancement de nouvelles infrastructures ferroviaires, dDans la mesure où la remise à niveau des lignes existantes associée à l’emploi de matériels pendulaires n’ont ici - comme ailleurs - pas suffit à obtenir des performances suffisamment attractives.

La République tchèque veut sa grande vitesse
Même si la mise en service en 2006 de sept rames dites série 680 de type Pendolino Alstom ont permis la mise en place d’un réseau de trains dits « Super City», qui relie d’Ouest en Est Prague à Olomouc et à Ostrava et Prague à Brno et Breclav, mais aussi Prague à la ville thermale de Marianské-Lazné (Marienbad) via Plzen, avec des échappées vers les villes slovaques de Zilina et de Kosice. Toutefois les vitesses maximales ne dépassent pas 145 à 160 km/h.

Dans ce contexte, SZDC réalise les sondages qui préparent la construction de 2025 à 2030 d’une première LGV Prague-Brno-Ostrava (Katowice). « Taillée » pour une vitesse maximale de 320 km/h, elle relierait Brno à Ostrava en 45 minutes au lieu de plus de 2 h 30 aujourd’hui.

Ce serait la première étape d’un réseau qui associerait lignes nouvelles et lignes aménagées avec des axes Prague-Brno, Prague-Usti-nad-Labem (Dresde), Prague-Domazlice (Munich) et Brno-Breclav (Vienne).

Un effort d’investissement évalué à 645 milliards de Couronnes (25 Mds€).

www.mobilitesmagazine.com

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)