Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

IMP is pleased to announce the launch of our newly redesigned websites!

Featuring a brand new look, with more information and a fully responsive layout for all platforms – we hope you’ll find it easier to navigate and find what you’re looking for quickly and efficiently.
If you have any questions or feedback, please let us know by e-mailing us. If you’d like to stay connected on social media, follow us on LinkedIn, Facebook and Twitter.

Get connected… Stay informed…

MEDIAWORLD

Le train de fret autonome arrive dans les ateliers d’Alstom

Verra-t-on des trains autonomes d’ici 2023. C’est en tous les cas l’objectif que se sont fixé deux consortiums. Les équipes de la SNCF et d’Alstom se retrouvent ce jeudi à Belfort pour débuter les essais.

Le train de fret autonome arrive dans les ateliers d’Alstom
En janvier 2018, deux consortiums pilotés par la SNCF et l’institut de recherche technologique (IRT) étaient créés. Leur objectif est de créer d’ici 2020 deux prototypes de trains autonomes. L’un des deux se consacre à la réalisation d’un prototype de train de fret et réunit les entreprises Altran, Apsys, Hitachi, Railenium et Alstom.

Ce jeudi, c’est une nouvelle étape qui sera franchie puisque les équipes vont se retrouver sur le site Alstom Belfort pour débuter les essais du prototype du projet « Train Fret Autonome ». Pour l’heure, ni la SNCF ni Alstom n’ont souhaité s’exprimer sur le sujet. « On en est à la prise de contact », résume-t-on du côté d’Alstom.

Dans un communiqué, la SNCF précise toutefois que c’est une locomotive BB27000, un modèle de la catégorie Prima conçue par Alstom, qui va rejoindre les ateliers belfortains « afin d’être transformée ». « Deux mois sont nécessaires pour numériser toutes les commandes de la locomotive pour ensuite démarrer les tests afin de démontrer la faisabilité du train autonome », précise encore la SNCF.

Les premiers tests de ce modèle autonome sont attendus « d’ici à la fin de l’année ». « Il s’agira de donner un ordre de mouvement avec une vitesse adaptée en toute sécurité », explique encore la SNCF. Ces essais seront réalisés sur la voie d’essais 51 qui se trouve sur ce même site belfortain. Inaugurée en avril dernier, elle permet des essais jusqu’à la vitesse de 60 km/h.

« Fin 2020, l’objectif sera de tracter un train en conduite automatisée sur les voies principales dans l’Est de la France sous la surveillance d’un conducteur », conclut la SNCF. Avant des essais qui se poursuivront jusqu’en 2023.

www.estrepublicain.f

  Demander plus d’information…

LinkedIn
Pinterest

Rejoignez nos 15 000 followers (pour IMP)

International