fren

Le Glacier Express, l’anti TGV

  • Le Glacier Express, l’anti TGV

    Le Glacier Express, l’anti TGV

    L´un des trois seuls trains au monde à figurer sur la liste du Patrimoine Mondial de l´Unesco, le Glacier Express constitue depuis 1930 un exploit en termes d´ingénierie et de technologie.

     

    Reliant en huit heures Zermatt, au pied du Mont Cervin, à la station de ski suisse de Saint-Moritz, ce train à crémaillère grimpe cinq kilomètres de dénivelé – avec des pentes jusqu´à 10% –, et franchit 91 tunnels et 291 ponts plus démesurés les uns que les autres : une véritable prouesse sur des rails dont certaines sont en service depuis plus de 125 ans.

     

    Pour parcourir les 291 km de sa ligne, ce train panoramique aime vraiment prendre son temps.

    Au départ de Saint-Moritz, il lui faut presque huit heures pour relier la petite station de Zermatt, après avoir franchi 291 ponts et viaducs et emprunté 81 tunnels, le tout accompagné de commentaires en quatre langues (français, anglais, japonais et italien). Rien d’étonnant, alors, qu’on le surnomme le « train express le plus lent du monde… »

    Pourtant, à bord, personne ne semble s’en plaindre vraiment, tant les paysages observés à travers les vitres panoramiques sont tout simplement merveilleux. Comme ceux de la vallée de l’Albula, admirée de part et d’autre de la ligne. Une partie de cette dernière est même inscrite depuis 2008 au Patrimoine mondial de l’Unesco.

     

     

    La tête dans les nuages

    Les paysages que l’on découvre dans l’étroit canyon des gorges du Rhin, entre Coire et les gorges d’Ilanz et accessible uniquement par le rail, n’ont rien à leur envier. La vision des eaux vert émeraude constitue un pur ravissement. A 2033 m d’altitude, point culminant du voyage, le panorama qu’offre l’ascension du col de l’Oberalp est lui aussi extraordinaire.

    Au milieu de l’immense glacier, le célèbre tortillard glisse sur le grand manteau blanc au milieu des skieurs et des randonneurs de haute montagne. La tête encore dans les nuages, on a toutes les peines du monde à redescendre sur terre quand on approche de Zermatt et du mythique Cervin.

     

    Le Glacier Express vient d’achever son périple et l’abandonner n’est vraiment pas une chose facile, et beaucoup aimeraient poursuivre la belle aventure. Un voyage qualifié « d’idéal » par Patrick, Jeanine et Béatrice, tous originaires du département de Haute-Saône. « On profite des plus hauts sommets des Alpes tout en déjeunant et sans être obligé de crapahuter pendant des heures. Un pur moment de bonheur et un vrai régal pour les yeux… »

     

     

Retour