fren

Hyperloop séduit la SNCF

  • Hyperloop séduit la SNCF

    Après l’Aérotrain de l’ingénieur français Jean Bertin dont il ne reste 50 ans plus tard que quelques viaducs en béton non loin d’Orléans, puis le projet fou Swissmetro de l’ingénieur suisse Rodolphe Nieth qui devait permettre à des voyageurs de circuler dans des tubes sous vide entre les grandes villes helvétiques à plus de 400 km/h, voici l’Hyperloop du milliardaire américain Elon Musk, fondateur de PayPal, Tesla et SpaceX. Il s’agit cette fois-ci de transporter à la vitesse de 1 223 km/h et à bord d’une capsule de 3 tonnes et de moins de 3 mètres de diamètre à l’intérieur d’un tube quasiment sous vide, quelques privilégiés dont on peut raisonnablement se demander pourquoi ils n’ont pas finalement choisi l’avion… Mais certains projets semblent attirer tels des aimants des investisseurs au nombre desquels la SNCF qui a accepté de participer à la levée de fonds à hauteur de 80 M.USD organisée par Elon Musk auprès de huit autres entreprises. La SNCF qui se refuse à communiquer sur cette opération voit donc dans l’Hyperloop un transport d’avenir. On peut s’en étonner tant les difficultés techniques à résoudre sont grandes. Tout d’abord, il faut que la ligne soit droite.
    L’Américain propose donc de relier Los Angeles à San Francisco avec ce nouveau mode de transport et le tout en 35 min à la fréquence de quatre AR par heure. À ce stade, les questions de sécurité ne sont toutefois pas résolues. L’Hyperloop n’est compatible avec aucun autre mode de transport de masse existant. Il faut donc créer de toute pièce des gares de départ/arrivée dans les villes concernées, etc. De même que le coût final que l’on chiffre pour la ligne Los Angeles-San Francisco aux alentours de 16 milliards USD. Certains estiment même qu’au final, l’investissement pourrait avoisiner les 100 milliards USD… D’autre part, certaines informations savamment distillées font déjà état de projets qui pourraient aboutir en Slovaquie ou en Scandinavie. Tout est possible et inversement. De même que ce projet ne verra pas le jour avant bien longtemps. Ce que vient de déclarer François Lacôte, l’homme du record du monde de vitesse sur rail, ancien dirigeant de la SNCF puis responsable des projets grande vitesse chez Alstom Transport.
    Entre-temps, un site test a été construit dans le désert de Las Vegas. Deux jours d’essais viennent d’y débuter. On peut espérer que la SNCF y aura dépêché quelques experts qui auront la possibilité de monter à bord d’un véhicule et de justifier ainsi l’engagement financier de la SNCF donc celui du contribuable.

Retour