fren

Hitachi et Bombardier se retirent de l’appel d’offres AVE espagnol

  • Hitachi et Bombardier se retirent de l’appel d’offres AVE espagnol

    Contre toute attente, le constructeur ferroviaire japonais Hitachi et le canadien Bombardier ont décidé de se retirer du processus d’appel d’offres lancé par la Renfe (Espagne) pour la fourniture de 30 trains à grande vitesse. Hitachi a finalement décidé de ne pas se lancer dans la bataille face à ses concurrents que sont Alstom, Talgo, CAF et Siemens, tandis que Bombardier a jugé que les conditions du contrat n’étaient pas acceptables alors même que le constructeur canadien avait présenté une offre le 29 avril dernier. Quatre constructeurs restent donc en lice et viennent de déposer leur offre technique et financière pour ce contrat estimé à 2,640 milliards € avec un contrat de maintenance sur 40 ans. Bombardier espère que le Tribunal Admininstrativo de Recursos Contractuales (TARC) prononcera l’annulation de l’appel d’offres aux motifs de “discrimination et atteinte à la libre concurrence”… Bombardier conteste le fait que la Renfe donne une préférence aux offres prévoyant une fabrication en Espagne, ce qui irait à l’encontre des principes européens de libre circulation et de libre compétence européenne.
    La conclusion de cet appel d’offres arrive toutefois à un mauvais moment si l’on considère que des élections générales viennent d’être annoncées par le Roi. Ce qui pourrait remettre en cause toute décision qui interviendrait d’ici la tenue desdites élections. Or, nul ne sait quel parti sortira vainqueur de ces élections et si la majorité relative actuelle ne va pas finalement être obligée de céder la place à un autre.

Retour