fren

Deutsche Bahn veut élargir son horizon avec un deuxième programme d’accélération de start-up

  • Deutsche Bahn veut élargir son horizon avec un deuxième programme d’accélération de start-up

    Deutsche Bahn veut élargir son horizon avec un deuxième programme d’accélération de start-up

    La Deutsche Bahn doit investir 1 milliard d’euros d’ici 2018 dans sa transformation digitale. La société de chemin de fer allemande (équivalent de la SNCF outre-Rhin) veut mobiliser ses salariés et développer l’intrapreuneuriat, avec un fonds d’investissement interne. Elle accélère aussi sur l’open innovation, avec le lancement d’un deuxième programme d’accélération, annoncé au Cebit de Hanovre.

     

    Un programme avec « Plug and play »

     

    La DB disposait déjà d’un accélérateur classique lié à son cœur de métier, pour des innovations en matière de maintenance, d’équipement des gares et aux services dans les trains. Il a vu naître 20 projets en deux ans (via cinq promotions de start-up) dans l’espace de coworking dbMindBox de Berlin, qui mélange salariés de l’entreprise et start-uppers. En avril, la DB sélectionnera des start-up pour un deuxième programme, baptisé « Beyond 1435 ». Il s’agit d’aller au-delà des prérogatives naturelles du transporteur ferroviaire allemand. « 1435, en centimètres, c’est la largeur qui sépare les rails sur notre réseau », explique Steffen Rusch, porte-parole de la branche digitale de l’entreprise. « C’est un symbole pour montrer qu’on veut aller au-delà de nos limites habituelles ».

    Pour repousser les frontières, DB s’est associé à un des plus gros accélérateurs du monde : Plug and play, basé à San Francisco, qui a fait naître des pépites comme Dropbox, Paypal ou Lending Club. Ensemble, les deux partenaires veulent sélectionner des jeunes pousses du monde entier qui permettront à la DB de se réinventer, autour de la mobilité et de la logistique au sens large. Après avoir sélectionné les candidats en avril, la DB les accélèrera pendant trois mois (avec une dotation de 25 000 euros pour chaque projet), toujours à dbMindbox Berlin, puis investira dans certaines d’entre elles. « Nous prévoyons aussi d’en emmener certaines en Silicon Valley pour du coaching et du networking ciblé », commente Steffen Rutsch. Plus largement, DB prévoit d’investir 100 millions de dollars en capital risque d’ici 2019.

     

    Test de véhicules autonomes

     

    Parallèlement, la DB va continuer d’injecter des innovations dans son activité. Elle prévoit de tester des navettes autonomes en conditions réelles, avec de « vrais » voyageurs, en Bavière plus tard dans l’année et poursuit la rénovation de ses sytèmes d’information en gare et sur terminaux mobiles. Elle explore aussi de nouveaux business models pour transporter les voyageurs de porte-à-porte : elle avait d’ailleurs investi en 2015 dans la start-up berlinoise d’autopartage Clever Shuttle et vient de prendre des parts dans le service de livraison américain uShip.

Retour