fren

Des Néerlandais dévoilent une installation-test du train futuriste Hyperloop

  • Des Néerlandais dévoilent une installation-test du train futuriste Hyperloop

    Des Néerlandais dévoilent une installation-test du train futuriste Hyperloop

    Un groupe néerlandais a dévoilé jeudi la première installation expérimentale Hyperloop d’Europe, projet de train futuriste à très grande vitesse dont il souhaite commencer la construction complète d’ici quatre ans.

    Tube de 30 mètres de long et 3,2 mètres de diamètre, l’équipement de test a été présenté à l’Université de technologies de Delft (ouest des Pays-Bas) par Hardt, une entreprise issue d’un groupe d’étudiants qui a gagné une compétition mondiale organisée par le milliardaire Elon Musk.

    Le concept Hyperloop (littéralement « super boucle ») a été lancé en 2013 par le patron du fabricant de voitures électriques Tesla et de l’entreprise d’exploration spatiale SpaceX, pour transporter des passagers à très grande vitesse (jusqu’à 1.200 km/h) dans des capsules circulant dans un tube à basse pression.

     

    D’après ses inventeurs, il pourrait un jour concurrencer le transport aérien.

    « Un réseau Hyperloop en Europe signifierait que les gens pourront voyager à travers un continent entier avec la même facilité qu’actuellement en métro dans les grandes villes », a souligné Tim Houter, directeur exécutif d’Hardt.

    De plus, ce train futuriste ne ferait pas d’arrêt intermédiaire entre deux destinations, a-t-il précisé à l’AFP.

     

    « Nous sommes en train de créer un monde où la distance n’a plus d’importance », a constaté M. Houter.

    Première étape d’une longue série avant de construire un système Hyperloop entier, cet équipement expérimental permettra de réaliser des tests à basse vitesse, puis à très grande vitesse.

    Les virages et les changements de voies à l’intérieur du tube seront également mis à l’étude.

     

    « Lorsque toutes les technologies seront vérifiées, la construction d’une route entre deux villes pour transporter des personnes et des biens pourra commencer », a expliqué M. Houter.
    Mais quant à savoir entre quelles destinations pourrait se faire ce premier trajet, « nous devons toujours faire quelques recherches » sur les distances et les villes qui nécessiteraient un tel service, a-t-il précisé.

    Il n’exclut toutefois pas que l’Hyperloop puisse circuler entre Amsterdam et Paris, déjà reliées par avion et par des trains atteignant les 300 km/h.

     

    « Une fois le premier itinéraire en place, d’autres suivront rapidement jusqu’à ce qu’il y en ait partout en Europe », a ajouté M. Houter.
    Mais avant de devenir un moyen de transport entièrement sûr, l’Hyperloop doit encore faire face à quelques défis, selon lui.

     

    « C’est comme lorsque les avions sont apparus pour la première fois, certaines personnes trouvaient alors aussi que voler était effrayant », a remarqué le directeur d’Hardt.

Retour