fren

Comment l’État veut faire rouler plus de trains sur la LGV Paris-Lyon

  • Comment l’État veut faire rouler plus de trains sur la LGV Paris-Lyon

    Comment l’État veut faire rouler plus de trains sur la LGV Paris-Lyon

    La ministre des Transports, Élisabeth Borne et la commissaire européenne Violeta Bulc, ont avalisé une convention de financement pour l’installation d’une nouvelle signalisation sur la LGV Paris-Lyon, permettant d’accroître de 25% sa capacité. 

     

     
    La ligne LGV Paris-Lyon est la plus fréquentée d’Europe. Le tiers des TGV français y passent, et elle est actuellement exploitée au maximum de ses capacités aux heures de pointe. L’installation du système de signalisation européen “ERTMS niveau 2” doit permettre de passer de 13 à 16 TGV dans chaque sens d’ici 2025, en rendant possible la gestion en temps réel de l’espacement entre les trains, selon SNCF Réseau.

     

     

    L’Union européenne s’est engagée à prendre en charge 40% du coût du déploiement du nouveau système et d’une partie du remplacement des postes de signalisation, en apportant 117 millions d’euros sur un devis évalué à 292 millions. Mais le projet est bien plus vaste. SNCF Réseau prévoit d’investir 608 millions dans la modernisation de l’axe, avec également un renforcement de la puissance électrique et des travaux dans les noeuds ferroviaires de Paris et Lyon.

     

     

     

    Anticiper les besoins des vingt prochaines années 
    L’adaptation du système de signalisation doit permettre une gestion des circulations centralisée et “optimisée au sein d’une tour de contrôle ferroviaire”, promet SNCF Réseau.  Une version “2.0” de l’outil de gestion opérationnelle des circulations (GOC) servira en particulier à simuler les conséquences des retards détectés et proposera des solutions pour minimiser leur impact sur la ligne.

     

    L’installation de ce nouveau système paneuropéen est décrite par ses concepteurs comme “un défi”, car le gestionnaire des infrastructures ferroviaires françaises “va le déployer pour la première fois sur une ligne en exploitation, sans interruption de trafic”. L’idée est d’en faire une “référence pour le déploiement d’ERTMS sur l’ensemble du réseau à grande vitesse français”, selon le groupe.

     

    Sur l’axe Paris-Lyon, la nouvelle signalisation devrait permettre, selon SNCF Réseau, de “répondre aux besoins de déplacements des 20 à 25 ans à venir”. La saturation annoncée de ce tronçon majeur du réseau français a longtemps été avancée pour promouvoir son doublement.

     

    Une ligne nouvelle baptisée POCL, passant par Orléans et permettant la desserte de Clermont-Ferrand, a ainsi été étudiée jusqu’en 2015, mais le projet a été enterré depuis. Elle était évaluée à au moins 13 milliards d’euros.

     

    Source:BFM

Retour