fren

Le combiné échappe à la morosité du fret ferroviaire

  • Le combiné échappe à la morosité du fret ferroviaire

    Le combiné échappe à la morosité du fret ferroviaire

    Les mouvements sociaux sur le réseau ferré au printemps 2018 ont érodé la confiance des chargeurs vis-à-vis du rail. Son segment conventionnel est le premier affecté. Le combiné s’en sort mieux et profite de la pénurie de capacités dans le routier.

     

     

    Pour sa 7e édition, le baromètre sur la perception du fret ferroviaire par les chargeurs fait écho aux mouvements sociaux du printemps 2018. Composé d’industriels (75 %), commissionnaires (16 %) et de distributeurs (8 %), 78 % du panel jugent l’offre du mode peu compréhensible et peu lisible ! Pis, 41 % estiment que le ferroviaire conventionnel ne correspond pas à leurs besoins et seuls 26 % se sont vu proposer des services innovants en matière, par exemple, de traçabilité et de mise à disposition de données.

     

    “Les chargeurs attendent des services liés au respect des engagements contractuels, en termes de délais notamment”, relève le baromètre. Dans ce tableau négatif, le combiné rail-route se démarque avec une offre adaptée à leurs attentes pour 68 % d’entre eux. Et si la route demeure globalement le mode privilégié, le ferroutage arrive désormais en pole position pour le transport de bois et papiers, d’automobiles et de produits métallurgiques. Pour l’organiser, les chargeurs font appel aux… transporteurs routiers devant les opérateurs combinés et les commissionnaires. Cette photographie s’explique sans doute par le fait que de grands opérateurs, tels que Novatrans et Naviland Cargo, s’adressent en majorité à des transporteurs.

     
    Pénurie routière

    Présentés le 28 mars lors des Journées européenne du fret ferroviaire à la SITL, les résultats du baromètre d’Eurogroup Consulting placent le shortsea comme le mode bénéficiant du meilleur niveau de satisfaction devant la route, le fleuve-route et le rail-route. Celui-ci gagne 10 points par rapport à l’édition 2018. S’agissant des critères favorisant le report modal et le ferroutage en particulier, la pénurie de capacités et de conducteurs routiers se classe en première position pour la première fois, suivie des incitations financières et de la hausse des prix de l’énergie. À horizon deux à trois ans, le rail-route bénéficie aussi des meilleures perspectives de croissance devant le ferroviaire conventionnel, preuve de son potentiel malgré les difficultés vécues l’an passé. Cela passera notamment par la reconquête des chargeurs embranchés fer car, si 63 % de ces derniers se déclarent insatisfaits de son offre, la moitié d’entre eux lui confèrent des perspectives positives.

     

     

    Ne pas confondre “transport combiné rail – route” (TCRR) et “ferroutage

    Le procédé de ferroutage, c’est le chargement des camions complets (ensembles tracteurs + remorques) sur des trains de wagons spéciaux, circulant sur des voies ferrées adaptées.

    Le transport combiné rail – route (TCRR) qui rend les conteneurs ou caisses facilement transférables du camion sur le train pour les moyennes et longues distances et qui réclame peu d’investissements ferroviaires.

     

     

    Source:  L’ Antenne

     

pornrip.cc 1siterip.com xxxcomics.org
Retour