fren

Alstom et Siemens auraient fait d’ultimes concessions à Bruxelles

  • Alstom et Siemens auraient fait d’ultimes concessions à Bruxelles

    Alstom et Siemens auraient fait d’ultimes concessions à Bruxelles

    Les groupes français Alstom et allemand Siemens auraient proposé de nouvelles concessions à la Commission européenne pour tenter d’obtenir son feu vert à leur projet de mariage dans le ferroviaire, ont indiqué vendredi des sources proches du dossier, citées par des agences de presse.

     
    Les sources ont toutefois précisé que les deux groupes avaient peut-être agi trop tard pour sauver leur rapprochement, pourtant soutenu par les gouvernements français et allemand, qui voient d’un oeil favorable la création d’un champion européen du ferroviaire face au numéro un mondial chinois CRRC.

     

    De son côté, la Commission européenne a exprimé ses inquiétudes quant aux conséquences d’un tel mariage sur la concurrence. Elle doit se prononcer sur le dossier d’ici au 18 février, mais des sources proche du dossier évoquaient la semaine dernière une possible décision, négative, dès le 6 février…

     

     

    Bruno Le Maire met en garde Bruxelles contre une “faute politique”
    La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, s’était inquiétée à de multiples reprises de l’impact de ce rapprochement sur les trains à grande vitesse en Europe. La responsable craint que le mariage ne porte atteinte à la concurrence pour la fourniture de plusieurs types de trains et de systèmes de signalisation.

     

    Le 6 janvier, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire s’était agacé des atermoiements de la Commission, estimant qu’elle commettrait une grosse erreur économique et même une “faute politique” si elle venait à contrarier le rapprochement entre les deux groupes. Invité du Grand Rendez-vous d”Europe 1′, ‘CNews’ et ‘les Echos’, le ministre avait indiqué que “si jamais la Commission européenne devait donner une décision défavorable à cette fusion, elle le ferait pour de mauvaises raisons”.

     

    Mardi dernier, Bruno Le Maire, a une nouvelle fois défendu la fusion Alstom-Siemens à l’occasion des questions au gouvernement au Sénat. “J’estime que si jamais la Commission européenne devait rendre une décision négative sur la création d’un champion industriel européen, d’un géant du ferroviaire pour résister à la concurrence chinoise et à la concurrence d’autres grandes nations du monde, elle ferait une erreur économique et une faute politique”, a même asséné le ministre.

     

    Source: Boursier.com

pornrip.cc 1siterip.com xxxcomics.org
Retour