fren

TGV : la SNCF prévoit de lancer des trains sans conducteur d’ici à 2022

  • TGV : la SNCF prévoit de lancer des trains sans conducteur d’ici à 2022

    TGV : la SNCF prévoit de lancer des trains sans conducteur d’ici à 2022

    Un TGV lancé à 320 km/h sans personne aux commandes… Ce n’est pas pour demain, mais la SNCF envisage sérieusement cette possibilité pour augmenter le trafic sur les lignes saturées.

    Des passagers de train conduits par un robot ? C’est le pari fou de la SNCF qui pourrait voir le jour à partir de 2023. En effet, selon une information de Francetvinfo, la compagnie de trains travaille sur un projet baptisé « Train drone », soit des trains totalement autonomes, conduits par des robots. « Nous devrions être les premiers au monde à mettre en service un train autonome sur de la très grande vitesse commerciale », a expliqué Guillaume Pepy, président du directoire du groupe SNCF. Un chantier d’envergure qui nécessite de nombreuses années de travail, dont le prototype devrait tout d’abord être testé pour le transport de marchandises dès 2019 sur les voies de triage.

     

     

    Concrètement, ce train serait donc équipé de capteurs extérieurs permettant de détecter d’éventuels obstacles extérieurs. Une avancée technologique qui permettrait de gagner du temps, mais également de réaliser des manœuvres compliquées, par exemple la mise en place des trains à la veille des grands départs en vacances. Toujours selon Francetvinfo, la version TGV avec des voyageurs est attendue à partir de 2023 entre Paris et le Sud-Est. Il s’agira d’un train semi-autonome, la présence d’un conducteur restant indispensable. Sa mission consistera seulement à gérer la fermeture des portes, mais aussi à intervenir en cas de situation d’urgence.

     

     

    Une équipe entièrement dévolue à ce projet
    Le directeur général adjoint de la SNCF Réseau, Matthieu Chabanel, a par ailleurs précisé : « Sur la grande vitesse, on vise l’automatisation au sens pilotage automatique comme dans les avions. Dans les avions, vous avez toujours un pilote, fort heureusement, mais vous avez un système de pilotage automatique. » Les dirigeants se défendent de vouloir réduire le personnel de la compagnie, rappelant qu’un TGV n’est pas un métro et qu’une présence humaine restera donc nécessaire au poste de conduite.

     

    Si, aujourd’hui, une équipe d’une dizaine de personnes est entièrement dévolue sur ce projet, c’est aussi pour permettre à la SNCF de continuer à investir sur un réseau français vieillissant, en période de disette budgétaire. Ainsi, pour garder une forme d’attractivité, la compagnie ferroviaire se doit de faire de la stratégie logistique une priorité. Ce projet devrait se faire en collaboration avec des industriels du secteur, des instituts de recherche scientifique, mais également la société Alstom.

     

    Source: Le Point et FranceTvfInfo

Retour