fren

Rail. Comment nos voisins se sont réformés

  • Rail. Comment nos voisins se sont réformés

    Rail. Comment nos voisins se sont réformés

    Ils ont ouvert leurs lignes ferroviaires à la concurrence il y a un quart de siècle déjà.

    Pionniers de la libéralisation du rail, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont néanmoins opté pour deux voies bien différentes. Radicale, outre-Manche ; plus souple, outre-Rhin, modèle qui inspire la réforme très sensible aujourd’hui proposée par le gouvernement français. Succès et doléances : état des lieux, vingt ans après.

     

     
    Le modèle « intégré » allemand.

    Après la réunification, l’Allemagne a opté pour une réforme ouvrant le marché du chemin de fer à la concurrence. Mais, contrairement au Royaume-Uni (lire ci-dessous), il n’a jamais été question de faire exploser l’opérateur historique.

     

    La Deutsche Bahn (DB), née de la fusion des opérateurs est et ouest-allemands, est une société anonyme de droit privé, entièrement détenue par l’État fédéral. Elle transporte marchandises et passagers tout en se chargeant du réseau. Et, sur les grandes lignes, rares sont les compagnies privées qui ont réussi à se faire une place : avec 99 % de part de marché, la DB garde un quasi-monopole sur ce segment, malgré des critiques sur les retards fréquents et la vétusté des infrastructures.

     

    La loi a transféré aux Länder (États régionaux) la compétence pour les transports régionaux et urbains, et plus d’un quart des petites lignes sont exploitées par des opérateurs privés, via des franchises ou des concessions avec des compétiteurs de DB.

     

    Marc Ivaldi, professeur à l’école d’économie de Toulouse, relève plusieurs effets bénéfiques : « On a vu une augmentation des fréquences, de la qualité, une réouverture de lignes et une baisse considérable du coût ». « Le modèle allemand est sans doute le plus adapté à la France, car l’idée n’est pas de faire disparaître l’opérateur historique », renchérit Yves Crozet, professeur au Laboratoire aménagement économie transports de l’université de Lyon.

     

     

     

    Royaume-Uni : une privatisation très critiquée.

    Régulièrement désignée par les syndicats français comme un exemple à ne pas suivre, la Grande-Bretagne a privatisé l’exploitation de ses chemins de fer dès 1994. Aujourd’hui, une vingtaine de sociétés privées se partagent le marché mais la maintenance du réseau est à nouveau gérée, depuis 2001, par une entreprise publique, Network Rail, après plusieurs accidents.

     

    Les adversaires de la libéralisation pointent la flambée des prix et des problèmes de sécurité. Selon une étude citée par le Financial Times, fin janvier, le prix des billets a en effet bondi de 25 % depuis 1995. Ils sont en moyenne 30 % plus chers que dans l’Hexagone. Mais d’un point de vue sécuritaire, le dernier pointage d’Eurostat va à l’encontre de certaines idées reçues puisqu’en 2016, 40 personnes sont mortes ou ont été blessées dans des accidents ferroviaires au Royaume-Uni, contre 131 sur le réseau français (presque deux fois plus grand).

     

    Selon Yves Crozet, « le système a énormément progressé après un démarrage catastrophique. C’est devenu l’un des plus sûrs d’Europe ». Côté infrastructures, le pays est, en revanche, loin derrière. Il ne possède qu’une ligne à grande vitesse : le tronçon emprunté par l’Eurostar entre Londres et le tunnel sous la Manche. L’opposition travailliste et son leader, Jeremy Corbyn, militent pour une renationalisation, une mesure à laquelle 60 % des Britanniques sont favorables, selon un sondage de Sky Data, principalement en raison des prix jugés trop élevés.

     

     

     

    Chez nos autres voisins, chacun sa voie.

    Pas de modèle type ni de réforme miracle : l’Italie a, par exemple, ouvert, en 2012, son réseau grande vitesse à un concurrent (NTV-Italo), entraînant une baisse de 40 % des prix des billets en cinq ans.

     

    En Espagne, la libéralisation ne concerne jusqu’ici que le transport de marchandises et ne fonctionne pas sans accroc. Madrid a fait le choix de la grande vitesse mais le réseau secondaire est laissé pour compte.

     

    En Suède, premier pays d’Europe à libéraliser l’ensemble de ses lignes, dès 2010, une cinquantaine d’opérateurs se disputent le marché. Mais peut-on vraiment parler de concurrence si le réseau reste finalement nationalisé ? « L’infrastructure reste maîtresse, elle commande et égalise les conditions pour les trains qui circulent. Il n’y a pas d’exemple, dans le monde, de réseau qui ne soit pas totalement nationalisé », affirme Clive Lamming, historien français spécialiste du domaine ferroviaire.

     

    « Les Britanniques ont nationalisé à nouveau leur réseau ferré en 2001 et n’ont laissé au privé que des compagnies exploitantes qui obéissent aux injonctions du réseau nationalisé », conclut-il.

     

     

    Source: Le Télégramme

Retour