fren

Le nouveau plan français de réindustrialisation

  • Le nouveau plan français de réindustrialisation

    Après les 34 Plans de la Nouvelle France Industrielle lancés en 2013, voici la seconde phase du projet, portée cette fois-ci par le ministre de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron. On y parle de « nouvelle logique », laquelle consiste dans le développement en France de nouvelles solutions du quotidien. Il y est beaucoup question du numérique, de solutions regroupant les produits et services et apportant des réponses concrètes et cohérentes face aux grands défis d’avenir. Tous les secteurs d’activités sont passés en revue dont, bien entendu, celui des transports auxquels est consacré un chapitre entier intitulé « Transports de demain ».
    Voici donc à nouveau ressorti des tiroirs le projet de « TGV du futur » que l’on croyait enterré et celui de « navire de demain ». Ce TGV devra consommer 50% d’énergie en moins, offrir 25% de capacité supplémentaire, réduire de 30% le coût à la place et de 25% les coûts de maintenance. Pour résister à la concurrence croissante des pays émergents, il est désormais question de « réinventer les modes de transport et proposer des solutions innovantes alliant efficacité écologique et compétitivité économique ». Le projet présenté par Emmanuel Macron prévoit même un calendrier de réalisation 2015-2016 pour ce projet de TGV du futur: juin 2015 pour le lancement d’un appel d’offres partenariat d’innovation pour un nouveau train à grande vitesse et avant le début 2016, sélection par la SNCF d’un partenaire d’innovation pour développer les innovations spécifiques au TGV du futur répondant à ses besoins propres.
    A noter que le Directeur général d’Alstom Transport, Henri Poupart-Lafarge, fait partie des chefs de projets en charge de réfléchir sur ces transports de demain qui doivent soutenir la réindustrialisation de la France.

Retour