fren

Le conseil d’Etat confirme l’utilité publique de la LGV Bordeaux-Toulouse

  • Le conseil d’Etat confirme l’utilité publique de la LGV Bordeaux-Toulouse

    Le conseil d’Etat confirme l’utilité publique de la LGV Bordeaux-Toulouse

    Quel que soit le choix de l’exécutif, qui pour l’instant a remis en cause le calendrier de la LGV Bordeaux-Toulouse, le conseil d’Etat a confirmé, ce mercredi 11 avril, l’utilité publique du projet, décrétée en juin 2016. De nombreuses communes et intercommunalités riveraines du projet, plusieurs associations de défense de l’environnement, des représentants des terroirs viticoles traversés ainsi que des particuliers avaient demandé, le 21 mars dernier, son annulation.

     

     

    Des conditions et une procédure régulières
    Le Conseil d’État juge tout d’abord que la procédure suivie a été “régulière”. Il écarte notamment les critiques fondées sur l’insuffisance de l’évaluation économique et sociale du projet ainsi que sur celle de l’étude d’impact, qui constituent le dossier d’enquête publique.

    Il estime en outre que cette dernière s’est déroulée “dans des conditions régulières”.

     

     

    Les expropriations envisagées pour la réalisation de la LGV sont nécessaires
    Sur le fond ensuite, le Conseil d’État écarte les critiques mettant en cause l’utilité publique du projet de LGV. Il reconnaît tout d’abord “son utilité pour l’aménagement du territoire”. Il estime ensuite que “les expropriations envisagées pour sa réalisation sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’opération”.

     
    Enfin, les magistrats parisiens considèrent que ” les coûts, les atteintes portées à la propriété privée et les risques pour les autres lignes de transport ne sont pas de nature à retirer aux lignes ferroviaires projetées leur caractère d’utilité publique, compte tenu en particulier des mesures prises afin de réduire les effets dommageables du projet, les atteintes à l’environnement, à l’agriculture, à la viticulture, à la forêt, aux monuments historiques et à la chasse et eu égard à l’importance des opérations en cause.”
    Dans un communiqué commun, Carole Delga, présidente de la région Occitanie, Jean-Luc Moudenc, président de la métropole de Toulouse  et Georges Méric, président du conseil départemental de la Haute-Garonne,  se sont félicités de cette décision : “« La décision du Conseil d’Etat marque une avancée majeure pour les projets de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

     

    C’est une bonne nouvelle qui conforte le collectif formé par nos collectivités et le travail commun fourni pour défendre ces projets aux côtés de l’Etat. En reconnaissant l’intérêt public que présentent ces projets pour l’aménagement du territoire, le Conseil d’Etat réaffirme toute la crédibilité des LGV que nous défendons avec constance et unité depuis plusieurs années.

     

    Cette décision renforce encore la solidité du projet de Ligne ferroviaire à Grande Vitesse entre Bordeaux et Toulouse ».

     

     

    Source: La Dépêche

Retour