fren

Le conglomérat allemand Siemens (SIE.XE) a élargi à Alstom les négociations déjà engagées avec le canadien Bombardier concernant l’avenir de ses activités ferroviaires

  • Le conglomérat allemand Siemens (SIE.XE) a élargi à Alstom les négociations déjà engagées avec le canadien Bombardier concernant l’avenir de ses activités ferroviaires

    Le conglomérat allemand Siemens (SIE.XE) a élargi à Alstom les négociations déjà engagées avec le canadien Bombardier concernant l’avenir de ses activités ferroviaires

    Le conglomérat allemand Siemens (SIE.XE) a élargi à Alstom les négociations déjà engagées avec le canadien Bombardier concernant l’avenir de ses activités ferroviaires, rapporte l’agence Bloomberg jeudi en citant des sources proches du dossier.

     

    En discussion depuis plusieurs mois avec Bombardier en vue de créer deux co-entreprises ferroviaires, Siemens discute également depuis peu avec Alstom de plusieurs formes possibles de rapprochement, affirme l’agence de presse.

    Une des options envisagées verrait Siemens céder ses activités ferroviaires à Alstom en échange d’une participation importante, indiquent les sources interrogées.

     

    Selon le quotidien Les Echos, l’idée d’un rapprochement entre Siemens et Alstom serait soutenu par le gouvernement français dans le cadre d’une coopération franco-allemande renforcée.

    Selon un accord datant de 2014 entre Bouygues et l’Etat français, ce dernier dispose d’une option d’achat pour racheter jusqu’à 20% du capital d’Alstom détenu par le conglomérat familial et dont il a l’usage des droits de vote. Cette option prend fin en octobre 2017.

     
    Avec 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le groupe peut avoir un problème de taille critique à moyen terme, même si ses résultats actuels sont tout à fait satisfaisants . Mais pour grandir, le groupe a d’autres options, en se tournant vers la Russie (où il possède déjà 25 % de Transmashholding) ou la Corée.

     

    Alstom n’a pas souhaité commenter ces informations

Retour