fren

La France, numéro un mondial du métro automatique

  • La France, numéro un mondial du métro automatique

    La France, numéro un mondial du métro automatique

    Une étude de marché sur le métro automatique, pièce essentielle de la smart city, a été réalisée par le cabinet Wavestone. Une aubaine pour les acteurs français particulièrement bien placés.

     

    L’urbanisation continue sa croissance galopante. En 2050, les deux tiers des terriens vivront en ville. Et de plus en plus de mégapoles vont se développer, essentiellement en Asie et en Afrique. Pour circuler, le métro reste sans doute la solution la plus rapide et la plus écologique. Et les futures lignes ne peuvent être envisagées qu’avec des rames roulant sans conducteur.

     

    Les métros automatiques permettent d’avoir une circulation plus régulière avec des intervalles réduits entre deux rames. C’est le choix du futur Grand Paris Express qui doit permettre aux habitants des banlieues de rejoindre plus rapidement leur lieu de travail. Selon l’étude diffusée en fin de semaine dernière par le cabinet Wavestone, au sujet de la performance des métros automatiques, la distance moyenne domicile-travail a augmenté de 63 % au cours des trente dernières années.

     

    L’étude porte sur les 40 lignes de métro automatiques qui existent dans le monde. Les trois-quarts d’entre elles sont situées dans des villes à densité urbaine élevée (supérieure à 4 000 habitants au kilomètre carré) et 81 % des lignes se trouvent dans des villes de plus de 500 000 habitants. Aujourd’hui, 57,5 % des métros automatiques se trouvent en Europe et un quart en Asie.

     

     

    Keolis, premier opérateur mondial

    La France arrive aujourd’hui en tête avec 120 kilomètres de lignes automatisées devant le Canada (93,2) et Singapour (76,5). La ville de Vancouver a le réseau automatisé le plus important (86,8 km) et Lille apparaît en 5ème position avec 44 kilomètres.

     

    Aujourd’hui, les acteurs français opèrent près d’un quart du réseau mondial (23,1 %) devant les italiens (19,2 %). Keolis est le premier opérateur mondial avec 104 kilomètres et la RATP arrive en douzième position (26 kilomètres). Une donne qui pourrait changer si Keolis venait à perdre le réseau de Lille au profit de son concurrent Transdev…

     

    Et l’arrivée dans la prochaines années du métro du Grand Paris devrait accroître la position de leader de la France tout en servant de vitrine aux acteurs français (ingénierie, trains, automatismes, exploitation). C’est de bon augure pour conquérir les futurs marchés asiatiques et africains.

     

    Source: Usine Nouvelle

Retour