fren

Innovation ferroviaire : stocker l’énergie du freinage

  • Innovation ferroviaire : stocker l’énergie du freinage

    Innovation ferroviaire : stocker l’énergie du freinage

    Le secteur des transports est la seconde source de dépense énergétique en France (32%) après le bâtiment. Le transport ferroviaire, déjà moyen de transport le moins énergivore, pourrait être encore plus économe en énergie grâce à une innovation technique adoptée par une compagnie ferroviaire aux États-Unis : réutiliser l’énergie issue du freinage pour alimenter le redémarrage.

     

     

    Des batteries de stockage dans les freins

    Le chemin de fer est l’un des modes de transport qui consomme le moins d’énergie (1,6 % de la consommation totale du secteur en énergie fossile et électrique en 2011). Sur l’ensemble des émissions de CO2 produites par le secteur des transports, il en produit ainsi la plus petite quantité (0,4% contre 95,3 % par le routier en 2011).

     

    Une innovation technique récente, conçue par un groupe helvético-suédois ABB, pourrait permettre d’améliorer encore ces performances en récupérant l’énergie produite lors du freinage des véhicules pour la réutiliser au moment du redémarrage.

     

    Cette solution innovante est fondée sur un système de stockage d’énergie régénératif baptisé Envistore. Le dispositif traditionnel de supercondensateurs à double couche est ici remplacé par un système de batterie au lithium-ion qui permet de stocker l’énergie excédentaire du freinage.

     

    L’énergie stockée par ces batteries peut être conservée suffisamment longtemps pour n’être retournée qu’au moment voulu.

     

    En réintégrant une partie de l’énergie cinétique du freinage pour participer au redémarrage des véhicules ferroviaires, cette innovation permet de faire baisser sensiblement la consommation d’énergie du secteur mais aussi de stabiliser l’équilibre offre/demande pour le réseau local.

     

     

    Un test concluant

    La solution a été adoptée par la société de transport américaine SEPTA (Southeastern Pennsylvania Transit Authority) et testée depuis presque un an dans un poste électrique d’une voie rapide à Philadelphie. Reliant les villes de Market et Frankford, la voie dessert 5 gares rapides soit l’équivalent de 400 arrêts de train quotidiens.

     

    En régénérant l’énergie du freinage, l’Envistore permettrait de recycler annuellement plus de 1.200 MWh soit environ 440.000 $ d’économies par an. Au total, le dispositif pourrait réduire la consommation d’énergie globale de la SEPTA de plus de 10 %.

Retour