fren

Infrastructures et transports intelligents, secteur d’avenir pour l’industrie française

  • Infrastructures et transports intelligents, secteur d’avenir pour l’industrie française

    Infrastructures et transports intelligents, secteur d’avenir pour l’industrie française

    L’arrivée des infrastructures intelligentes accompagne celle des véhicules autonomes et va transformer la maintenance et l’usage des infrastructures traditionnelles, en ouvrant un champ de services nouveaux.

     

     
    Reconnue pour son expertise, tant dans le secteur des infrastructures que celui de l’Intelligence Artificielle, la France doit exporter le savoir-faire de ses entreprises dans un monde où les besoins sont considérables.

     

    On évoque souvent la Smart City comme une vision fantasmée de nouvelle Babylone, dont les contours peinent pourtant à être définis. Une chose est certaine : avec l’évolution des technologies d’Intelligence Artificielle (IA), de robotique et de reconnaissance visuelle, le paysage urbain va connaître de profondes transformations au cours de la prochaine décennie, avec l’arrivée de voitures, trains, bateaux et avions autonomes. Pour être introduits, ces véhicules ont besoin que les infrastructures existantes évoluent en Smart Infrastructures. Une interaction co-dépendante va s’établir entre ces infrastructures intelligentes – qui contrôlent et facturent l’usager – et le véhicule autonome qui reconnaît et interagit avec son environnement pour se déplacer tout en sécurisant les passagers.

     

     

     

    La maintenance prédictive pour améliorer l’état du service
    La première grande transformation des infrastructures intelligentes est la mise en place d’une maintenance prédictive, qui va grandement améliorer l’entretien des infrastructures.

     

    Prenons l’exemple du secteur ferroviaire. Avec la reconnaissance visuelle, les trains et les infrastructures de demain – rails, quais de gare – seront équipés de capteurs pour participer activement à la maintenance prédictive du réseau. Un projet de la SNCF vise ainsi à contrôler les pantographes pour que les trains n’arrachent plus les câbles électriques, dont le coût de réparation dépasse les 100 millions d’euros par an. Du point de vue de la sécurité, la détection des éclisses défectueuses ou la lecture automatique de la signalisation permettra permettra d’éviter les accidents mortels. En effet chaque année en Europe 1200 personnes périssent dans des accidents de train.

     

     

    Avec la maintenance prédictive, les gestionnaires pourront établir automatiquement, et en temps réel, une cartographie de l’état des infrastructures ; rendant le système plus fiable pour l’usager et moins coûteux. Plus la compréhension des infrastructures est fine, plus il est possible de piloter efficacement les opérations de maintenance, et permettre des économies annuelles dépassant les 20% dans l’industrie.
    La France, tous secteurs confondus, dépense 400 milliards d’euros par an dans les infrastructures. Un programme de pilotage de la maintenance de nos infrastructures, assisté par l’IA pourrait ainsi permettre des économies de plusieurs milliards d’euros, voire de plusieurs dizaines de milliards, des chiffres qui donnent le vertige. L’usager en sera également l’un des grands bénéficiaires, avec une amélioration de la qualité du service.

     

     

     

    Repenser les modes de facturation
    L’autre grande transformation des infrastructures touche au mode de facturation des usagers. Prenons cette fois l’exemple des autoroutes. Grâce à la reconnaissance visuelle, les péages équipés de caméras pourront détecter la plaque d’immatriculation d’une voiture, associée à son propriétaire. Fini les technologies lourdes et les barrières : les voitures n’auront plus besoin de s’arrêter aux péages, diminuant ainsi considérablement les embouteillages.

     

    L’IA permettra aussi de moduler le paiement, en tenant compte de caractéristiques spécifiques comme une voiture électrique ou la présence d’une remorque. Cette évolution des modes de paiement peut faire émerger de nouvelles ressources pour la puissance publique : on peut imaginer les autoroutes moins chères avec des centres-villes payants, ou la relance de l’écotaxe.

     

     

     

    Véhicules autonomes : vers une transformation des usages
    L’arrivée des véhicules autonomes va entraîner une modification des usages et l’apparition d’un nouvel espace d’activité. Débarrassé de la conduite, le voyageur dispose désormais de temps libre, qui représente une opportunité économique.

    Une nouvelle ère de service au passager s’ouvre, où le véhicule doit pouvoir s’occuper de ses occupants, en leur fournissant un lieu de vie et de travail. Un voyage Paris-Toulouse de six heures, dans un véhicule autonome, sera l’occasion pour le passager de manger, travailler, lire et dormir. Au-delà de la forme des infrastructures, c’est l’usage même des transports qui est repensé par l’IA.

     

     

     

    Capitaliser sur le savoir-faire français
    Dans le domaine des infrastructures intelligentes, le savoir-faire français est internationalement reconnu. Certaines entreprises tricolores, comme la RATP, la SNCF ou Alstom, comptent parmi les leaders mondiaux des infrastructures urbaines et ferroviaires. Le groupe de transport public Keolis, filiale de la RATP, est notamment en passe de remporter le marché du futur métro de Doha, en vue de la Coupe du monde 2022.

     

    Cette expertise en maîtrise d’ouvrage offre un nouvel horizon à l’industrie française, dans un monde où la demande des pays émergents en infrastructures est très forte. Alliées à l’Intelligence Artificielle, cette compétence française en construction d’infrastructures est une source de richesses et de création d’emplois — à contre-courant d’une vision pessimiste de l’IA et des services publics, trop répandue dans l’hexagone.

     

    L’introduction de l’Intelligence Artificielle va révolutionner la maintenance, la facturation et l’usage des infrastructures. Si l’on ne connaît pas encore la forme que prendra la Smart City, on sait qu’elle sera façonnée par les Smart Infrastructures. La France doit miser sur son expertise pour bâtir les infrastructures intelligentes de demain, et devenir un leader dans la construction d’un monde plus fluide et sûr.

Retour