fren

Comment sont fabriqués les trains de nos jours ?

  • Comment sont fabriqués les trains de nos jours ?

    Comment sont fabriqués les trains de nos jours ?

     

    Le contrat du siècle, signé récemment, relance la fabrication de trains, qui reste très manuelle

    L’industrie du train français est au beau fixe. Cette amélioration est en grande partie due au « contrat du siècle » qui vient d’être signé : 3,7 milliards d’euros pour livrer 255 rames de RER Nouvelle Génération. Elle seront construites dans le Valenciennois, sur le site d’Alstom à Petite-Forêt et sur celui de Bombardier à Crespin. Une usine de fabrication de trains n’est en rien comparable aux chaînes de montage automobile. On y trouve pourtant les mêmes hangars tout en longueur mais là, tout est statique : pas de travail à la chaîne, et pratiquement aucun robot.

     

    La fabrication de trains est une affaire d’hommes, et de femmes – il y en quelques unes -, quelque 2.000 salariés. « 98% de nos activités sont faites manuellement. Le seul endroit robotisé est la peinture, le grenaillage », explique Giuseppe Spitaleri, responsable de production. Avant de peindre, il faut fabriquer la structure du train, appelée « caisse » dans le milieu. C’est la première étape du processus et cela se passe à la chaudronnerie, où des ouvriers qui ressemblent à des cosmonautes ou des scaphandriers assemblent la tôle au milieu des étincelles.

     

    Après les soudeurs, ce sont les dresseurs qui interviennent de façon très spectaculaire. Ce sont des dompteurs de ferraille qui tapent sur la tôle du train pour la rendre bien droite et bien plane. « Ils ne tapent pas fort et bête, ils tapent – et c’est là qu’il y a tout le métier – ils donnent toujours le coup parfait et le résultat qu’ils obtiennent est incroyable, explique Giuseppe Spitaleri. C’est vraiment de l’art. » Vient ensuite l’équipement des wagons, des roues aux sièges en passant par une opération très importante : le câblage. Chaque mètre, du sol au plafond – un kilomètre de fils -,  de gaines et tuyaux en tous genres à tirer.

     

    Il faut 5 à 7 jours pour sortir une rame complète, motorisation comprise. Ensuite, la rame est envoyée sur une voie d’essai juste à côté de l’usine, une ligne droite de 1,7km sur laquelle le train tout neuf fait des allers et retours pendant des heures. « On a des procédures d’essai et l’on vérifie la fonctionnalité du train en bout de chaîne. On a du statiques avec les essais du système – éclairage, climatisation, portes… – et ensuite on a une partie dynamique – essais de freinage, de sécurité », explique Florian Lubin, technicien d’essai. Puis le train est livré, remis à la SNCF ou tout autre transporteur pour commencer sa carrière sur les rails.

    Source: RTL.fr

Retour