fren

Changements à la direction des Ferrovie delle Stato

  • Changements à la direction des Ferrovie delle Stato

    Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, n’aura pas fait durer le suspens plus que nécessaire. A peine les rumeurs de changement des membres du conseil d’administration des FS commençaient-elles à faire le tour des rédactions des divers médias, que les membres de ce conseil ont donné leur démission en fin de semaine dernière. Dans la foulée, les nouveaux dirigeants des FS ont été nommés le 30 novembre. Il s’agit ni plus ni moins que de mettre en ordre de marche l’entreprise publique qui va faire son entrée sur le marché boursier. L’Etat a en effet, décidé d’ouvrir le capital des FS dont il est jusqu’à présent l’unique actionnaire, à des fonds privés, à hauteur de 40%. Sans que l’on sache précisément quelles sont les activités ou les départements qui seront ainsi introduits sur le marché boursier.
    Exit donc l’administrateur délégué Michele Elia et le président des FS, Marcello Messori, qui laissent la place à Renato Mazzoncini, nouvel administrateur délégué, et Gioia Ghezzi, présidente. Une grande nouveauté pour les FS qui voient ainsi une femme arriver pour la première fois à la tête de l’opérateur ferroviaire historique. Le nouveau conseil restera en place au moins durant les trois prochaines années, jusqu’en 2017. A charge pour celui-ci dans l’immédiat de mener à bien la privatisation partielle des FS prévue dans le courant du premier trimestre 2016. Son premier objectif est de définir le périmètre de cette privatisation. Puis, le nouveau duo devra mener à bien la cession de Grandi Stazioni Retail et la vente du réseau électrique de RFI à Terna.
    Michele Elia et Marcello Messori s’opposaient ouvertement depuis plusieurs semaines à la décision gouvernementale d’accélérer le processus de privatisation des FS. De plus, les deux hommes n’étaient absolument pas d’accord entre eux sur la marche à suivre pour aboutir dans ce processus. Ainsi, M. Messori a présenté tout récemment au conseil d’administration des FS, son projet de privatisation qui prévoyait la cession partielle des services de grande vitesse, des grandes gares et du patrimoine. Les FS devaient toutefois rester majoritaires au sein de ces activités. Ce projet est resté lettre morte… Matteo Renzi a donc décidé d’intervenir radicalement pour mettre fin à ce conflit public qui pouvait porter atteinte au processus même de privatisation engagé par le gouvernement.

Retour