fren

Alstom et Colas Rail remportent le contrat d’extension de la ligne 1 du métro du Caire

  • Alstom et Colas Rail remportent le contrat d’extension de la ligne 1 du métro du Caire

    La France est plus que présente sur les projets de construction de lignes nouvelles ou d’extension du métro du Caire (Égypte) . Dernier en date des contrats remportés, celui relatif à l’extension de la ligne 1 entre les stations El-Marg et New El-Marg, au nord-est de la capitale attribué par la National Authority for Tunnels (NAT) sur 1,2 km de double voie et une nouvelle station à New El-Marg. Il s’agit d’un contrat d’une valeur globale de 24,7 M.€ signé par un groupement composé d’Alstom (12 M.€) et de Colas Rail (12,7 M.€). Le projet porte sur la rénovation et la mise à niveau des infrastructures existantes et comprend les études, la conception, les approvisionnements, l’installation et la mise en service des différents systèmes. Colas Rail réalisera la rénovation de la voie et des appareils de voies, la construction de nouvelles voies, le remplacement de la caténaire ainsi que l’agrandissement des quais de la station New El-Marg, l’alimentation électrique et la construction des locaux afférents. Les travaux devraient durer 24 mois, sans interruption du trafic sur la ligne existante qui transport 2 millions de Cairotes par jour.
    En février 2015, Alstom avait déjà signé deux contrats avec la NAT portant sur la fourniture de la signalisation (en consortium avec Thales) et de l’infrastructure (en consortium avec Colas Rail, Orascom et Arabco) pour la phase 4A de la ligne 3. Un contrat de 80 M.€. Sur cette phase 4A, Alstom mettra en place la signalisation Urbalis 200, des moteurs d’aiguillage et l’équipement de signalisation en stations.
    En décembre dernier, Alstom avait également remporté un contrat de 15 M.€ relatif à la signalisation destinée à équiper le dépôt de maintenance de la ligne 1 du métro. Il s’agit d’un système d’enclenchement informatisé qui garantira la sécurité des métros circulant dans le dépôt, ainsi qu’un système de surveillance et d’acquisition de données (SCADA). Le tout est prévu pour une mise en service en 2017.

Retour